Archive pour juin 2010

Les miens…

Petite pause sur la plage du Platier d’Oye avec mon bébé d’amour!

 

 

 

 

 

 

 

 

Déjeuner au bord de l’étang du Clairmarais avec mon autre bébé d’amour!!

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est pas beau ça??? Un câlin de mains entre une petite fille et son grand-père….

 

 

 

 

 

 

 

 

DSC01922 - Copie

Hyppolite, mon fidèle destrier…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P5010079

C’est bon de faire des câlins tous doux avec ces grosses bêtes impressionnantes…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DSC01935

Que de bonheur partagé avec ce bon vieux Don Juan qui t’a tant fait rêver…

Histoires de religions…

Envie de partager avec vous mon ressenti sur les religions et tout ce qui va avec….


Si l’on considère les principales religions à travers le monde, cela représente un nombre de croyants énorme.


Le christianisme est la première religion avec environ trente pour cent de croyants dans le monde, ce qui représente quand même plus de deux milliards six cent millions de personnes.


L‘Islam est la deuxième religion du monde avec en gros quinze pour cent d’adeptes, soit un milliard trois cent millions.


L’hindouisme est la troisième religion la plus répandue avec près d’un milliards de pratiquants. Issu de l’Hindouisme, le Bouddhisme est l’une des grandes religions/spiritualités du monde avec trois cent vingt cinq millions d’adeptes. Si on fait le total, ça nous fait quand même environ cinq milliards deux cent millions de gens au monde qui croient en Dieu et qui sont prêts, à accomplir le meilleur comme le pire au nom de l’Être Suprême, comme le définit prosaïquement le dictionnaire.


En ce qui me concerne, ça me gêne. En effet, je suis connue pour être régulièrement à contre courant, mais là, mon opposition à cette idée d’Être Suprême m’amène tout de même à être quasiment seule contre tous (ou presque).


Néanmoins, j’ai fait des efforts considérables pour tenter d’adhérer à leur engouement millénaire. Ma mère d’ailleurs s’y est également employée en me baptisant et en me contraignant à suivre l’enseignement du catéchisme le mercredi matin, pour finalement communier avec Dieu, me faisant ainsi entrer dans sa maison.


Je dois toutefois avouer que toutes ces beaux récits allégoriques me fascinaient à défaut de faire de moi une croyante soumise à jamais à cette grande idée qui fait avancer les hommes à travers les siècles ; à bon ou mauvais escient, d’ailleurs.


Toujours est il que je n’étais pas convaincue de l’existence de Dieu, comme pouvaient l’être mes concitoyens du monde, vu l’acharnement qu’ils ont mis pour tenter d’imposer leur religion et leur Dieu.


En jouant avec les mots, si ces religions monothéistes disent vrai, il n’y a donc qu’un seul Dieu, ce qui laisse donc supposer que quelques milliards d’autres individus se trompent lourdement. Si ces milliards de croyants se fourvoient, alors ma quête de comprendre comment ou qui pourrait être Dieu n’est pas absurde.


D‘ailleurs, à cette époque où bon nombres de jeunes gens sont préoccupés par leur montée hormonale qui se traduit par une désagréable poussée d’acné, accompagnée d’une transformation de leur corps d’enfant en quelque chose de transitoire, et bien moi, je choisis de m’informer de l’existence ou non de cette puissance qui inspire tant de frayeur que peu osent la remettre en question de peur de disparaître à jamais dans les méandres de cet endroit sulfureux qu’est l’Enfer.


Je me mets en quête, par le biais de différents textes religieux, de débusquer le Sauveur. Décidément très peu convaincue de l’existence de ce "Super Nous", je me tourne vers le bouddhisme qui pourrait correspondre à ce que j’attends d’une religion. Oui, mais voilà, parait il que le bouddhisme n’est pas une religion. Il s’agirait plutôt d’une doctrine religieuse, un enseignement, une idée qu’il faut faire le bien dans le respect d’autrui. Toujours est il que ce n’est pas à travers le bouddhisme que je parviens à trouver une définition de Dieu. Enfin, pas une définition, mais une idée de ce qu’il peut être. Mais en fait, est il nécessaire d’être attaché à une religion pour trouver la voie de Dieu ? Non, je ne le crois pas. Je pense que le libre arbitre est meilleur conseil que ces religions qui demandent aux leurs d’aller combattre pour faire taire à tout jamais les hérétiques.


Toujours plongée dans cette période trouble qu’est l’adolescence, et ne parvenant pas à identifier cette pensée qui nous dépasse, j’avoue avoir un peu baissé les bras et ainsi laissé en suspens ma quête de celui qui peut faire de nos frêles existences l’enfer ou le paradis.


Une dizaine d’années plus tard, c’est la lecture d’un autre livre qui va me permettre de soulever le coin du voile sur ce qui sera, encore beaucoup plus tard, ma vision de cet "Être Suprême". Il s’agit d’un ouvrage écrit en collaboration par Jean GUITTON et les frères BOGDANOFF, "Dieu et la science". Dans ce livre, les différents auteurs expliquent, de façon suffisamment claire pour tous les lecteurs, que l’apparition et la survie de l’univers ne tiennent qu’à un fil et que le hasard n’a pas sa place dans l’accomplissement de cet univers qui, suite au Big Bang, s’étend. Mais déjà se pose à moi la question suivante : dans quoi peut s’étendre un univers infini? Mais nous y reviendrons plus tard. Quoique les deux sujets, plus j’y réfléchis sont étroitement liés quand on considère ma théorie sur ce qui pourrait être la "Chose Suprême".


Cette théorie s’est construite au fil des ans et notamment suite à mes observations astronomiques ; ou même rien qu’en regardant la lune le soir. En effet, cela a toujours été apaisant pour moi de regarder la lune et d’imaginer comme nous étions petits dans l’univers. Et cet orbite presque palpable me rappelle régulièrement la taille de notre existence et combien il est futile de prendre cas de choses qui n’ont que si peu d’intérêt. Des soirs de grands tracas, il m’est arrivé d’apprécier le spectacle lunaire et de relativiser. Cette féerie stellaire me permet de ne pas oublier que nous faisons partie du système solaire qui lui-même fait partie d’une galaxie qui à son tour est partie d’un amas de galaxies et quand je parviens à considérer tout ceci, je me dis alors que certains de mes petits soucis matériels ou existentiels n’ont vraiment que très peu d’importance.


Mais c’est en rapportant notre taille à celle de l’univers et à celle de l’infiniment petit que m’est venue l’idée que finalement nous étions Dieu. Je m’explique. Je ne suis pas du tout en train de dire que l’espèce humaine est Dieu. Je pense seulement que tous les atomes qui occupent l’espace de l’univers sont des composantes de cet Être, cette "chose" suprême.


Tentons de faire un parallèle entre l’Homme, dont l’échelle nous est accessible, et l’univers qui est quand même bien plus compliqué à percevoir. Ainsi la naissance d’un homme, du moins, la rencontre de deux gamètes, mâles et femelles, pourrait être assimilée au Big Bang, naissance de l’univers. Et puis, chacun s’étend. Alors dans quoi s’étendons nous donc? En ce qui nous concerne, nous croissons dans l’univers. Mais dans quoi s’étire cet espace infini?


De toutes façons, étant donné les limites de nos connaissances et de l’usage de notre cerveau, tout est envisageable. Donc, j’envisage et j’échafaude plein de plans sur la comète. L’avantage qui est le mien, c’est que je ne suis freinée ni par le poids de la religion ni par le manque d’imagination.


Donc, nous croissons au fur et à mesure que se multiplient nos cellules comme l’ont fait toutes les galaxies en multipliant toutes les planètes. Plus de deux cent milliards de galaxies à l’intérieur desquelles se trouvent des milliards de planètes…


Alors je me dis la chose suivante : ne serions nous pas simplement un maillon de ce Tout? Un maillon intermédiaire entre l’infiniment grand et l’infiniment petit?


En exagérant le trait, imaginons l’univers, le notre, à la taille d’un être humain. Ne pourrions nous pas envisager, alors, notre corps comme un atome, un morceau de cet univers ; comme notre estomac est une partie de nous. Nous pourrions aller plus loin et imaginer que notre univers serait l’estomac d’un Tout qui s’enfle et s’étend comme le fait l’estomac après un bon repas. C’est une vue simpliste et poétique de Dieu. Mais il s’agit en fait de la vue qui me convient le mieux.


Cette vision de Dieu me parait plus confortable et plus rassurante. En effet, cela nous laisse entendre que nous sommes maîtres de notre destin. Qu’on nous laisse la possibilité d’agir pour le bien de nous même comme pour le bien des autres. Évidemment, cette vision de l’Homme est réductrice pour l’Homme, le résumant à un élément presque insignifiant, particule misérable au regard du Tout. Petite pierre d’un édifice dont la finalité nous échappe complètement, dont les dimensions échappent à la petitesse d’esprit de notre cerveau. D’autant qu’à en croire la littérature scientifique, nous n’utiliserions que 10 pour cent de nos capacités cérébrales.


Si ce que je viens de décrire correspond à une réalité, il est temps, réellement, de nous préoccuper de l’avenir de l’Être que nous occupons.


Nos comportements belliqueux ou consuméristes à outrance ne sont ils pas en train d’infliger à notre Tout des contraintes insoutenables comme peut le faire le cancer pour notre organisme? Je pense que l’espèce humaine n’est pas indispensable à l’accomplissement du reste de l’univers. Et prenons garde à ce que le Tout dont nous sommes partie ne cherche pas à nous éradiquer comme nous tentons de le faire pour les maladies que nous connaissons et qui sont des fléaux pour nous mêmes. Ne devenons pas le fléau de l’univers ou d’un Tout qu’il faut éliminer.


Voilà donc quelle est ma vision de ce que pourrait être le Grand Organisateur, celui sans qui rien ne peut être. Cette entité mathématique implacable qui ne tolère l’approximation, le hasard ; grande machine à calculer indéfiniment.


Finalement, ma religion pourrait s’appeler Mathématiques ; ces sciences qui permettent de mieux comprendre le monde qui nous entoure et qui est peut être la clé qui nous permet d’accéder à la compréhension du Tout. Et si le Tout est Mathématique, alors il est sa propre clé. Notre champ de connaissances mathématiques ne nous permettra peut être jamais d’appréhender le Tout ; d’autant que comme je l’ai dit plus haut, notre utilisation du cerveau n’est pas pleine, mettant ainsi un frein supplémentaire à la découverte du mystère de Dieu, qui finalement reste complet.


Ce que je trouve fascinant avec cet extraordinaire concepteur c’est qu’il a également pensé à prévoir des avaries aux systèmes. En effet, que serait notre monde si nos organismes étaient toujours en bonne santé, voire éternels ? Notre planète aurait rapidement été trop petite pour loger les milliards d’individus qu’elle aurait conçus. Ainsi je trouve fabuleux que cet être parfait ait pu envisager l’imperfection afin de résoudre le problème éventuel de sur population…


Cela me rassure de faire partie d’un Tout, avec les autres, même si je suis la seule à envisager cette théorie.


Finalement, tous ces gens qui se rassemblent dans des lieux de culte doivent également avoir ce sentiment d’unité dans la diversité ; être tous différents autour d’une même entité qui rassemble et organise.

Mais où c’est y?

Pour ce premier exercice, je vais faire simple! Je vous propose une ou des photos d’un site et à vous de deviner l’endroit! Donnez vos réponses en commentaire, à la suite de quoi, je donnerai la bonne réponse et le nom du gagnant!

Attention…. c’est parti!!

 

La première à donner la bonne réponse, c’est Sylvie! Bravo et à bientôt, peut être à Vulcania!!

Une vision de l’Inde

Périple Indien pour Sylvie et Yann qui sont rentrés émerveillés de ce beau voyage…

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Émission diffusée en Juin 2010 sur « Radio Coquelicot 99FM, votre radio du Val de Sioule »

Un enfant, c’est tout!!

Autour de la grande marmite de la procréation, discussion à cœurs ouverts avec Marie et Christophe qui nous expliquent leur parcours du combattant pour avoir un enfant grâce à une Fécondation In Vitro.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Émission diffusée en Mai 2010 sur « Radio Coquelicot 99FM, votre radio du Val de Sioule »